150 ans

Centre Hospitalier Sainte-Anne (Aller à l'accueil)

Vous êtes dans : Accueil > Établissement > Musée MAHHSA/Collection & Expositions Sainte-Anne

Musée MAHHSA/Collection & Expositions Sainte-Anne

Le Musée d’Art et d’Histoire de l’Hôpital Sainte-Anne (MAHHSA) abrite la Collection Sainte-Anne.

Celle-ci est gérée par une association, reconnue d’Utilité Publique : le Centre d’Etude de l’Expression. Il est à la fois un lieu d’enseignement, de recherche, de documentation et de conservation de cette  collection institutionnelle. La collection comporte deux fonds distincts. L'un est composé de peintures et dessins anciens, réalisés en-dehors d'ateliers thérapeutiques; ce fond recèle entre autre, des œuvres d’artistes devenus célèbres comme créateurs d'Art Brut. L'autre, plus important rassemble près de 70 000 œuvres qui ont été réalisées dans des ateliers thérapeutiques depuis 1950.

Le MAHHSA a été labellisé en tant que "Musée de France" en 2016 : les œuvres de la Collection Sainte-Anne sont donc réputées faire partie du Patrimoine Nationale

Le Centre et le CHSA organisent en moyenne deux expositions par an, ouvertes à tout public.

 Informations pratiques :

Centre hospitalier Sainte-Anne, MAHHSA, 1 rue Cabanis, 75014 Paris

Durant les périodes d’exposition ouverture du mercredi au dimanche de 14h à 19h

1/ Expositions en cours/prochainement

 « Elle était une fois »

CORBAZ, Aloïse

Sans titre ( verso de Lauterbrunen )

Vers 1940 - Avant 1950

 

Elle était une fois est une exposition qui se déroule en deux actes successifs qui ont pour but de rendre compte de l’histoire de la constitution de la Collection Sainte-Anne et de son musée le MAHHSA ( Musée d’Art et d’Histoire de l’Hôpital Sainte-Anne ). Cette Collection et ses projets ont reçu l’appellation Musée de France en 2016. Les oeuvres présentées dans le premier Acte sont celles des origines, parfois fort anciennes et exceptionnelles par leurs provenances et par la multiplicité de leurs styles. Le deuxième Acte se focalise sur les années 1949 et 1950, époque à laquelle Dubuffet d’une part, et Volmat d’autre part, confrontent leurs conceptions respectives de l’Art et de la folie au travers de deux expositions.

Elle était une fois : Acte I, les origines de la Collection Sainte-Anne, aura lieu du 15 septembre au 26 novembre 2017. Elle rappellera les prémices de l’histoire de la Collection en montrant les oeuvres les plus anciennes qui sont en son sein - celles qui furent réalisées entre 1858 et 1949. Seront exposées tant des œuvres d’artistes qui ont témoigné de la vie asilaire à la fin du XIXème siècle, que des productions

spontanées de malades qui se sont progressivement inscrites dans une démarche - et parfois dans une passion - créatrice. Le parti pris est de regrouper les cent vingt oeuvres choisies, de façon à rendre compte de la préfiguration du futur Musée lorsqu’il sera installé dans ses nouveaux locaux, à savoir la chapelle de l’hôpital.

Elle était une fois : Acte II, Autour de 1950, s’inscrira dans la continuité de la précédente du 30 novembre 2017 au 28 février 2018. Son propos est davantage axé sur la particularité de l’existence de cette Collection. L’accent sera mis sur l’importance de l’exposition présentée à Sainte-Anne en 1950, à l’occasion du Premier Congrès Mondial de Psychiatrie. Cette exposition qui montra au public près de 2000 oeuvres de patients-artistes, marqua la réelle naissance de la Collection en tant que corpus défini, protégé et valorisé. C’est à ce moment-là qu’eurent lieu de nombreux dons internationaux.

Attention le MAHHSA sera fermé entre le 24 décembre et le 3 janvier inclus.

  Le dossier de presse de l'exposition :

DP ELLE ETAIT UNE FOIS 1 (pdf - 1,56 Mo)

 

2/ Expositions récentes

Brut et Joli

 

Exposition organisée par le Centre d’Etude de l’Expression, du 17 septembre au 18 décembre 2016 au Musée d’Art et d’Histoire de l’Hôpital Sainte-Anne (MAHHSA)

Brut et joli est une exposition conçue par le Centre d’Etude de l’Expression et le Centre hospitalier Sainte-Anne, au sein de leur nouvelle identité commune, le MAHHSA (Musée d’Art et d’Histoire de l’Hôpital Sainte-Anne) qui a reçu récemment l’Appellation Musée de France. La Collection Sainte-Anne est une collection hospitalière ; pourtant les oeuvres qu’elle rassemble ne relèvent ni de « l’art des fous » (selon l’expression d’André Breton), ni de l’art art brut. L’association schématique, trop souvent réitérée ces dernières décennies entre maladie, art psychopathologique et art brut est une confusion des genres, qui ne correspond pas à la réalité de la diversité et de la nature des oeuvres qui sont réunies dans cette collection.

Certes, évoquer l’art brut lorsqu’il s’agit de la Collection Sainte-Anne est à première vue compréhensible, compte tenu de son histoire. Cependant l’art brut ne constitue pas une catégorie artistique. Il s’agit d’un concept philosophique défini par Jean Dubuffet en 1946. Et si l’on retrouve dans la Collection Sainte-Anne des artistes qui furent identifiés comme tels , beaucoup d’autres en revanche ne correspondent pas à l’image du créateur «exempt de toute référence culturelle» qui constituait le dénominateur commun de cette désignation. Associer ces deux termes de Brut et de Joli peut surprendre. Celui qui vient visiter une exposition au sein du Musée d’Art et d’Histoire de l’Hôpital Sainte-Anne s’attend à être en prise directe avec des formes évoquant l’angoisse ou la discordance, ou bien encore à découvrir une création emprunte de naïveté. Cependant les perceptions ressenties par le visiteur, devant les oeuvres qui sont régulièrement présentées dans ce lieu, sont souvent bien différentes. Brut et joli est donc fondé sur un paradoxe : le brut n’est pas le caractère exclusif du désir de faire.

Dans sa diversité, la collection Sainte-Anne recèle une catégorie d’oeuvres dont il est rarement fait état en tant que tel. Ce sont le plus souvent, des paysages, des monuments ou des vues d’architecture, des natures mortes, des objets quotidiens, des représentations d’animaux familiers dont le caractère commun pourrait simplement être qualifié comme « joli ».

Les malades « contraints », que ce soit dans des établissements de rééducation fonctionnelle ou dans certains hôpitaux psychiatriques, ont souvent des désirs de création, soit pour combler le vide de leur quotidien, soit pour utiliser cette vacance que la maladie peut induire. Dès lors, leurs souhaits ne sont pas toujours de projeter sur le papier ou sur la toile quelque chose de l’ordre de l’intime ou de la souffrance. Bien au contraire semble-t-il. Et lorsqu’ils font quelque chose de joli, il apparaît que cela peut être comme une forme de réparation de leur univers physique ou psychique dérangeant, ou comme une allégeance à un académisme fantasmé, comme une forme d’idéal.

Le désir du joli peut servir de nombreuses causes différentes, affectives, esthétiques et conceptuelles.

À cette diversité du « joli » comme caractère commun des oeuvres de la collection Sainte-Anne présentées dans l’exposition, correspond d’une autre façon, l’utilisation qu’ont pu en faire, à la même période - les dernières décennies du XXe siècle - certains artistes contemporains.

Quant à la volonté de présenter, depuis 2010, dans le cadre des expositions thématiques de la collection Sainte-Anne, des oeuvres d’artistes contemporains, il convient de rappeler qu’elle participe pour le musée d’un objectif d’ouverture et d’échanges fondé sur une conception de la création dont l’affirmation de la continuité bouleverse les cloisonnements et induit, sur les oeuvres exposées, une pluralité des regards.

Expostions 2015 / 2016

Les Unes et les Autres

Exposition présentée du 14 avril au 10 juillet 2016

Par le Centre d'Etude de l'Expression et le Centre hospitalier Sainte-Anne

Centre hospitalier Sainte-Anne, Musée Singer-Polignac, 1 rue Cabanis, 75014 Paris

du mercredi au dimanche de 14h à 19h

Cette exposition a pour objectif de montrer la diversité et la multiplicité de la Collection Sainte-Anne en fonction de la nature de la  provenance des œuvres  qui la compose.

L'histoire de la Collection Sainte-Anne débute à la fin du 19 siècle et est toujours en évolution grâce aux réflexions qu'elle suggère, ainsi qu’aux œuvres qui viennent l'enrichir. Plusieurs expositions des œuvres de la Collection Sainte-Anne eurent lieu à Sainte-Anne et ailleurs, durant ces dernières années – Portrait (2002) Histoire d'une Collection 1 et 2 (2006 et 2007) Une histoire en plus (2010) . Elles avaient comme but de raconter comment les œuvres de la première partie du vingtième siècle furent réunies, rassemblées,  restaurées, étudiées et documentées. Une autre intention était de montrer comment il était possible de faire des liens entre les productions des "artistes-malades" présentées et celles qui sont généralement référencées comme appartenant à divers courants ou catégories artistiques officiellement reconnues.

Pour nourrir et continuer ce propos, deux nouvelles expositions : Les Unes et les Autres

Elles s'inscrivent dans la suite des précédentes en proposant, cette fois-ci, des œuvres récemment ajoutées à l'inventaire de la Collection. Ainsi, elles interrogent, l'une comme l'autre, le sens de ce travail de conservation patrimonial.

Les Unes , ce sont des œuvres de Caroline Macdonald, une artiste qui a travaillé dans les ateliers de l'hôpital dans un premier temps, puis ensuite chez elle pour continuer son parcours de création et son parcours artistique. Le choix de ces œuvres s’échelonne de 1985 à 2010. Elle en a légué de nombreuses pièces à la Collection Sainte-Anne. Multipliant les sujets, les thématiques, les influences classiques, les techniques et les formats, Caroline Macdonald a affirmé son propre style et sa propre identité artistique. Cependant elle est une exception. Car il est très rare qu'une artiste se révèle et s’affirme en tant que telle, à partir d’un travail en atelier thérapeutique. Il est vrai qu’elle avait au préalable une histoire culturelle et familiale et un talent qui ne demandait qu'à s’épanouir.

Les Autres , ce sont des œuvres d'artistes qui ont accepté et choisi de participer aux dernières expositions thématiques organisées par le Centre d'Etude de l'Expression. En effet il est essentiel de souligner que les expositions organisées par le Centre, rassemblent des œuvres, non pas de façon aléatoire mais pour illustrer et interroger un thème. Elles sont là en tant qu'elles-mêmes et pour servir un propos.

C'est pourquoi le choix fut fait ces années de demander à des artistes n’ayant pas de lien direct avec l’hôpital, de s'associer à ces expositions thématiques. Des associations formelles - souvent saisissantes- furent faites entre leurs productions et celles des artistes de la Collection, toujours autour du thème à illustrer. Cette demande fut très heureusement entendue puisque de nombreux artistes ont choisi de confronter leurs productions avec celles de la Collection ; puis de les y laisser comme témoignage de leur engagement.

Cet engagement est celui  d'une adhésion à l'idée qu'il n'y a pas de différence essentielle entre leurs parcours de création et celui des malades devenus artistes, étant bien entendu que tout malade créatif n'a pas particulièrement de propension à devenir un artiste.

Liste des artistes : Thérèse Bonnelalbay, Patrick Chapelière, Jacqueline Desarménien, Jill Galliéni, Marie-Noelle Fontan, Hassane, Pascal J, Charles Lanert, Frédéric Léglise, Agnès Levy, Isabelle Le Gouic, Caroline Macdonald, Donald Mitchell, Jean-Pierre Nadau, Patrick Navaï, Mariléna Pelosi, Jean-Christophe Philippi, Michel Nedjar, Abdelkader Rifi, François Tortosa, William Tyler, Michel-Henri Viot

http://www.ch-sainte-anne.fr/Actualites/Psilocybine-quand-la-psychiatrie-explore-la-creation-les-annees-60-a-Sainte-Anne

Tout savoir sur la Collection, le Centre, l’actualité du Musée sur le site du CEE : http://www.centre-etude-expression.com/